Le secteur des énergies renouvelables connaît une nouvelle agitée avec l’annonce de l’OPA de 6,1 milliards d’euros du fonds canadien Brookfield sur le développeur français Neoen. Cette opération de grande envergure, qui vise à retirer Neoen de la cote de Paris, a été saluée par la Bourse de Paris et a suscité un vif intérêt chez les investisseurs. Examinons de plus près cette acquisition et ses implications dans le monde des énergies renouvelables.

Un rachat avantageux pour les actionnaires de Neoen

Neoen a fait son entrée à la Bourse de Paris en 2018 et a depuis connu une croissance fulgurante dans le secteur des énergies renouvelables. Avec son expertise dans le développement et la gestion de parcs éoliens et solaires en France et à l’international, Neoen est devenu un acteur incontournable du marché. Cependant, le fondateur et principal actionnaire de l’entreprise, Jacques Veyrat, a décidé de céder ses parts à Brookfield, qui offre un prix de rachat très avantageux pour les actionnaires historiques de Neoen.

Jacques Veyrat, également fondateur du fonds d’investissement Impala, affirme que cette opération permettra à Neoen de poursuivre sa trajectoire de croissance grâce au soutien financier de Brookfield et au talent de son directeur général, Xavier Barbaro. Pour lui, il s’agit d’un tournant stratégique pour l’entreprise qu’il a créée il y a quinze ans et qui a été accompagnée à chaque étape de son développement par Impala.

Le parcours impressionnant de Jacques Veyrat dans le monde des affaires

Jacques Veyrat, surnommé le discret surdoué des affaires, est un homme d’affaires aux multiples succès. Après avoir été directeur général du groupe Louis-Dreyfus dans les années 1990, il a fondé Neuf Télécom en 1997, qui sera revendue en 2008 à SFR. Cette même année, il crée Neoen avec la conviction que le secteur de l’énergie suivra une trajectoire similaire à celle des télécoms. En 2011, il fonde Impala, son family office, et entre au capital de Direct Energie. Il cédera cette dernière à TotalEnergies en 2018, réalisant ainsi une plus-value de 630 millions d’euros. Son parcours impressionnant comprend également des noms tels que Patrick Drahi, fondateur d’Altice, et Patrick Pouyanné, PDG de TotalEnergies, avec lesquels il a étudié à Polytechnique.

Une acquisition en plusieurs étapes

Si l’OPA de Brookfield a été accueillie favorablement par le conseil d’administration de Neoen, l’acquisition n’est pas encore finalisée. La transaction se déroulera en trois étapes, avec tout d’abord l’acquisition de 53,32% des titres de Neoen par Brookfield pour un prix de 39,85 euros par action. Cela comprend les participations détenues par Impala, le FSP (fonds stratégique de participations), Xavier Barbaro et d’autres actionnaires. Bpifrance, qui détient 4,39% du capital de Neoen, devrait également céder ses parts dans le cadre de cette opération.

La deuxième étape consistera en une offre publique d’achat sur le reste des actions du marché. Enfin, la dernière étape sera le retrait de Neoen de la cote de Paris, faisant ainsi de Brookfield le seul actionnaire de l’entreprise.

Une stratégie de croissance pour Brookfield

Pour Brookfield, cette acquisition s’inscrit dans une stratégie de croissance dans le secteur des énergies renouvelables. Le groupe canadien possède déjà une filiale spécialisée dans les infrastructures énergétiques, Brookfield Renewable, qui détient un portefeuille mondial d’actifs énergétiques pour un total de 50 milliards de dollars. Avec l’ajout de Neoen à son portefeuille, Brookfield devient un acteur majeur du marché des énergies renouvelables en Europe, renforçant ainsi sa présence sur le continent.

Une opportunité pour Neoen de poursuivre son développement

Pour Neoen, cette acquisition offre une opportunité de poursuivre son développement à une échelle encore plus grande. Avec le soutien financier de Brookfield, l’entreprise pourra continuer à investir dans de nouveaux projets et renforcer sa position sur le marché. Pour Xavier Barbaro, directeur général de Neoen, cette acquisition lui permet également de poursuivre son parcours avec une entreprise qui a été créée par Jacques Veyrat et accompagnée par Impala depuis ses débuts.

Des étapes à franchir avant la finalisation de l’acquisition

Malgré l’accueil positif de l’OPA par le conseil d’administration de Neoen, l’opération doit encore être approuvée par les autorités réglementaires compétentes. De plus, certains actionnaires peuvent encore s’opposer à la vente de leurs parts, même si cela semble peu probable. L’acquisition devrait être finalisée au cours du premier semestre 2022.

Une acquisition porteuse d’avenir pour le secteur des énergies renouvelables

L’OPA de Brookfield sur Neoen témoigne de l’intérêt grandissant pour les énergies renouvelables dans le monde des affaires. Avec l’augmentation de la demande en énergie propre, de plus en plus de fonds et d’entreprises entrent sur le marché pour investir et développer des projets dans le secteur. Cette acquisition marque également une étape importante dans l’internationalisation de Neoen et son expansion en Europe.

Conclusion

L’OPA de Brookfield sur Neoen représente une opportunité pour les actionnaires de l’entreprise, pour Brookfield et pour le secteur des énergies renouvelables dans son ensemble. Cette acquisition témoigne de l’importance croissante de l’énergie propre dans le monde et de l’intérêt des investisseurs pour ce secteur. Si la transaction se déroule comme prévu, Brookfield deviendra un acteur de premier plan dans le domaine des énergies renouvelables en Europe, tandis que Neoen pourra continuer à se développer et à contribuer à la transition énergétique vers un futur plus durable.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *